Sauvagement bleu

Sur la côte est de la Sardaigne, le trek Selvaggio Blu présente de beaux défis : gros dénivelés, rappels vertigineux et ravitaillement par bateau. Mais on a la Méditerranée pour soi. Grandioso !

Guide de haute montagne chevronné, spécialiste des sentiers méditerranéens, corse de surcroît, Cédric Spécia n’aurais jamais imaginé devoir un jour jeter l’éponge au beau milieu d’un trek. C’est pourtant la leçon d’humilité que lui a infligée le très technique Selvaggio Blu avec ses 4000 mètres de dénivelé positif sur 40 kilomètres. Accompagné d’un ami, bon marcheur lui aussi, il avait choisi de s’attaquer à ce chemin, longeant la côte est de la Sardaigne, au mois de décembre. Les premières difficultés du parcours avaient été franchies sans problème notable. Mais au troisième jour, la neige, sans prévenir, s’était mise à tomber à gros flocons. Un phénomène rare sur ces reliefs peu élevés plongeant dans les eaux chaudes du golfe d’Orosei. « La tempête était violente, se souvient Cédric. A un moment, nous avons craint de rester coincés, de ne pas rentrer à temps pour passer Noël en famille. » Le Corse parvient à rebrousser chemin. Loin de se déclarer vaincu, il reviendra une demi-douzaine de fois parcourir le sentier, du début à la fin.

En comparaison, le GR20 corse s’apparenterait presque à un tranquille échauffement

Ce genre de mésaventures qui font le sel de toute expédition, le Selvaggion Blu en garde toujours en réserve pour qui ose le défier. C’est ce qui lui a valu, alors qu’il reste largement méconnu du grand public, de se tailler une sacrée réputation auprès de la communauté des marcheurs : celle de trek le plus dur d’Italie.

Lire la suite dans GEO Aventure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *