Ces Etats qui n’en sont pas vraiment

Kosovo, Transnistrie, Somaliland… Ce ne sont pas des pays membres de l’ONU, mais ils fonctionnent comme des Etats à part entière, avec leurs institutions, leur drapeau, leur hymne, leur monnaie… Les spécialistes du droit international les qualifient de « quasi-Etats », d’Etats de facto, non reconnus ou autoproclamés. Le point dans notre vidéographie.

Le statut flou de « quasi-Etat » résulte de la volonté d’indépendance d’un territoire déjà revendiqué par un Etat souverain. « Pour être reconnu, il faut respecter quatre critères : avoir une population et un territoire définis, un gouvernement, et la capacité à entrer en relation avec d’autres Etats », explique Maurice Bonnot, ancien diplomate et auteur du livre Des Etats de facto (L’Harmattan 2014). La non-reconnaissance n’est parfois qu’une simple étape. Les Etats-Unis d’Amérique ont déclaré leur indépendance en 1776, mais la France ne les a reconnus que deux ans plus tard. L’URSS, créée en 1922, ne fut légitimée qu’en 1924 par la France et en 1933 par les Etats-Unis. Le dernier en date à avoir été pleinement reconnu (à la majorité des Etats membres de ONU) est le Soudan du Sud, en 2011. D’autres, un temps sécessionnistes, ont finalement abandonné leur revendication, comme la République serbe de Krajina, en Croatie, le Biafra, au Nigeria, ou le Katanga, en République démocratique du Congo.

Lire la suite dans GEO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *